Du 17 décembre 2015 au 16 janvier 2016
31 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous sommes restés peu de temps à Santiago, nous voulions voir le reste du pays et voir un maximum de famille. Pour les filles, encore petites, Mathilde 9 ans et Lily 6 ans, nous voulions privilégier les espaces naturels. Mais nous y retournerons c'est certain. Cette ville est quand même très belle et il y a pleins de quartiers que nous voudrions visiter .

Les 5 premières étapes sont essentiellement des photos de famille et de retrouvailles.

2
Nous retrouvons ma première tante et les filles rencontrent leurs premiers petits cousins et moi je retrouve mes cousines.
3
Les filles font connaissances de leurs nouvelles cousines 
4

Curanilahue est la ville où j'ai grandi, où j'ai vécu jusqu'à mes 11 ans. Je suis contente de montrer à Seb et les filles la maison et la ville où j'ai passé mon enfance. Je retrouve beaucoup de gens que je connais et une autre partie de la famille, essentiellement du côté de mon père. La ville a grandi, j'ai l'impression qu'il y a des maisons de partout, à perte de vue. Je constate des nouvelles maisons, mais la ville n'a pas beaucoup changé depuis 2000, ma dernière venue. Je vois que le grand tremblement de terre du 27 février 2010 de 8,8°a laissé des grosses séquelles et des stigmates encore visibles.

Le cimetière a considérablement grandi lui aussi, il s'étend à perte de vue et j'ai un mal fou à retrouver les tombes de mes grands-parents. Je suis obligée d'appeler mon père en France pour les retrouver. Je constate par la même occasion, que nous ne sommes pas les seuls Sanhueza ou Araneda, mais des centaines!!!!

Les 4 premières photos sont de la maison où j'ai grandi. 
5

Trongol Bajo est "el campo", le lieu où vivait ma grand-mère et quelques unes de mes tantes. C'est un endroit très spécial pour moi car j'adorais y aller enfant. Ma grand-mère venait me chercher et puis elle m'emmener à pied ou sur son dos lorsque toute petite je n'aimais pas marcher. Nous avons décider de passer Noël ici, en famille. Seb et les filles ont adoré cet endroit où nous avons passés un super moment en famille. Je suis tellement heureuse de montrer à Seb et les filles, ce lieu tellement chargé d'histoire pour moi. Les champs, la fôret, les chemins,la rivière où je jouait, les arbres où je montais.

Nous passons voir mon grand-père, qui habite la maison au-dessus, peut-être 5 kilomètres plus loin. Il est content de me voir, de connaître les filles. Je sais que ça sera la dernière fois que je le verrai. Nous repartons avec un mouton, que mes oncles lui avaient acheté. Seb aura l'honneur d'être réveillé très tôt le lendemain matin pour assister à la mise à mort et pour déguster le sang fraîchement ou plutôt chaudement sorti de l'animal. Ce léger traumatisme pour lui sera vite oublié, lors de la dégustation du mouton longuement grillé au feu de bois. Même moi, qui n'aime pas le mouton, j'ai trouvé cela bon. Nous, y compris les filles, en avons mangé même au petit-déjeuné!

La maison del campo 
6

Villarica est la première étape de notre road trip vers le Sud du Chili. Ce volcan est un des plus actifs du Chili. Il est à seulement 15 kilomètres de la ville de Pucon, d'où nous avons bien observés la fumée dessus. Apparemment, il crache de la fumé, des cendres et de la lave régulièrement. Il fera une éruption peu de temps après notre passage ici, le 15 mars 2015. La ville de Pucon est perpétuellement menacée. La prochaine fois, je pense que nous changerons de ville pour dormir.

7

Nous avons du dormir à Pucon, chose qui n'était pas prévu au départ. Nous avions réservé deux nuits dans le Parc Nacional de Huerquehue où nous devions passer un séjour au coeur du parc en pleine montagne, sauf que le propriétaire avait omis de nous prévenir qu'il fallait un 4x4 pour monter dans son "hospedaje". Nous avons du faire demi tour après avoir roulé pas mal de kilomètres de piste pour atteindre l'entrée du parc.

8

Une sympathique plage au bord d'un des grands lacs.

9

Nous avons adoré ce lieu où nous avions l'impression d'être les seuls touristes. Conaripe est une toute petite ville tranquille au bord d'un magnifique lac de sable noir. Ce sable noir intense est pigmenté de touches de couleurs, essentiellement rouges. C'est vraiment particulier et unique. Nous avons logé dans une "hostal" familiale, simple mais très sympathique où la nourriture était délicieuse et pas chère du tout. Nous avons vécu un tremblement de terre pendant la nuit passée ici. J'ai été la seule de nous quatre à le ressentir , mais tous les autres clients et personnel de l'hôtel l'ont bien ressenti aussi.


10
11

Nous avons juste déjeuné dans cette jolie ville.

12

Nous avons dormi a Frutillar dans un hostal très, très beau où nous serions bien restés plus longtemps. Comme de partout au Sud du Chili, un volcan n'est jamais bien loin.


13

Très beau site avec en prime la vue sur le volcan Osorno.

14

Nous prenons le ferry pour aller à Chiloe. Nous passons une première nuit à Ancud dans un "hospedaje" que nous avons eu beaucoup de mal à trouver mais qui était très sympa.

15

Nous sommes le 31 décembre 2015, nous avons prévu de passer le réveillon dans cette ville. J'ai réservé une nuit dans un hospedaje "palafito". Castro est une très belle ville, elle rayonne de couleurs. C'est pour moi la deuxième fois dans cette ville. Par contre cette fois, je n'avais pas prévu que tous les marché de la ville et toutes les sympathiques boutiques allaient être fermé. Nous sommes arrivés un 31 décembre vers 16h et tout commençait à être fermé.


Voici notre hôtel, inoubliable!!! 
16

Nous visitons quelques villages comme Dalcahue pour voir les fameuses églises, typiques de l'île.


Nous sommes le 1er janvier et nous allons avoir du mal à trouver un restaurant ouvert ou même un petit magasin où acheter quelque chose à manger. Nous allons trouver par chance un tout petit restaurant, je crois le plus petit restaurant jamais fait.

17

D'autres très belles églises.

18
19

Notre première rencontre avec les pingouins de Puñihuil. La route pour accéder à cette "caleta" est vraiment très belle est sauvage, comme tout ce côté de l'île, beaucoup moins touristique.


Cet endroit fut fantastique pour nous quatre .
Nous avons mangé dans le seul restaurant du coin où la nourriture était fantastique, "empanadas de locos" une merveille!!! 
20

A Valdivia nous avons fait le marché, lieu très vivant et où nous avons rencontré nos premiers lions de mer. Nous avons aussi visiter un parc de nénuphars et nous avons dîner dans une grande brasserie de bière avec mon cousin.

Le Parc Saval.

21

Petite étape balnéaire, nous avons beaucoup apprécié ces belles plages d'eau turquoise et d'un sable blanc extraordinaire. Tout ça au milieu du désert. Il y a un peu de monde quand même, normal, nous sommes en pleine saison touristique et en période de vacances scolaires d'été. Mais ce lieu reste tout de même très agréable.

Les filles ont beaucoup appréciée cette petite piscine naturelle. 
22

Nous sommes arrivés à Chañaral, sans aucune réservation de logement; nous pensions que cela allait être facile d'en trouver. Mais nous ne savions pas que quelques semaines auparavant, une partie de la ville avait été détruite par un terrible "diluvio", déluge qui avait littéralement coupé la ville en deux à cause de terribles coulées de boue. Nous ne trouvions même pas de restaurant pour le midi. Nous commencions à perdre un peu espoir lorsque nous sommes tombé sur une agréable et jolie auberge restaurant qui nous a sauvé. Je crois sincèrement que c'était le dernier lieu ouvert dans cette ville.

Nous n'allons pas pouvoir traverser le parc entièrement comme prévu, toujours à cause des pluies torrentielles qui ont détruites la seule route qui traverse le parc.

Nous étions vraiment contents d'avoir trouvé ce lieu ouvert! 
23

Mano del desierto

Après 5 h de route dans le désert complet, nous tombons sur la "Mano del Desierto", quelques kilomètres avant d'arriver à Antofagasta. La route qui va de Chañaral à Antofagata est totalement désertique. Nous ne croisons pratiquement aucune station de service et très peu d'autres voitures. Il faut vraiment s'assurer d'avoir assez d'essence, car en plus il n'y a pas de réseau téléphonique.

Antofagasta